Plan de Montmajou-Sommet de Prat-Pardin depuis Artigue

Un parcours de toute beauté !!

Plan de Montmajou – Sommet de Prat-Pardin en aller-retour le long de la crête frontalière, depuis Artigue.

Détails du parcours et tracé GPX:

Montée tranquille via le GR10 depuis Artigue (parking obligatoire juste avant l’entrée du village), via la Cabane de Saunères, jusqu’au pied du Plan de Montmajou (2081m), puis tout droit jusqu’au sommet; ensuite, plein sud le long de la crête frontalière entre l’Espagne et la France, jusqu’au Sommet de Prat Pardin (1982m) via deux sommets secondaires. Retour le long de la crête, puis le long des flancs sud-ouest du Montmajou pour retrouver le GR10.

Vue sur le nord de la Vallée de Luchon. Le village d’Artigue se trouve en bas sur la gauche.

Difficultés: aucune difficulté technique sur ce parcours par conditions estivales. On évolue sur des sentiers non balisés dès la montée finale du Plan de Montmajou. Cheminement évident jusqu’au Plan de Montmajou, puis le long de la crête qui mène au Sommet de Prat-Pardin. Au retour, le contournement du Plan de Montmajou demande un peu d’attention: il faut bien veiller à remonter de 50/60m pour passer juste au-dessus d’un contrefort rocheux (« les Garraspes » sur la carte IGN 1:25000) avant de redescendre sur la Cabane de Peyrehitte, juste après laquelle on récupère le GR10.

Vue imprenable sur le Massif de la Maladeta, dominé par le Pic d’Aneto, point culminant des Pyrénées (3404m), depuis le GR10.
La Cabane de Saunères offre une vue plongeante sur la ville de Luchon et un extraordinaire panorama sur le Massif de la Maladeta (gauche) et le Massif du Perdiguère (centre-droite).
Après la Cabane de Saunères, le GR10 s’élève doucement dans les estives, puis sur les flancs nord d’une barre rocheuse.
A l’approche du Plan de Montmajou, un large replat permet de souffler un peu. Au fond à gauche, le Pic de Bacanère (2193m), point culminant du Massif éponyme.
Le Pic de Bacanère depuis le plat sommet du Plan de Montmajou.

Si vous avez du temps, de l’énergie et qu’il fait beau, je vous conseille de prolonger le plaisir jusqu’aux deux sommets situés au sud du Sommet de Prat-Pardin, le Plan de la Serre (2018m) et le Tuc de Bidur (2019m) -compter à peine 3km et 150m de D+ supplémentaires. On peut aussi faire une boucle en rejoignant le sentier qui descend en direction du nord-ouest depuis le Col de Hont Hérède, juste au sud du Tuc de Bidur. Il suffit ensuite de suivre les sentiers à flanc de montagne pour revenir soit à la Cabane de Saunères, où on retrouve le GR10, soit directement à Artigue par le sud.

Vue sur le flanc espagnol de la crête, depuis le Plan de Montmajou. Juste derrière, dans le creux, la Vallée de la Garonne, et au loin à gauche, le Pic de Maubermé (2880m). La suite de notre parcours se fera le long de la crête, à droite (cf. toute première photo).
Zoom sur notre deuxième objectif du jour, le Sommet de Prat-Pardin (1982m). Vous aurez peut-être la chance, comme moi, de pouvoir admirer un ou deux planeurs évoluer juste au-dessus de vos têtes, et sans doute aussi des vautours fauves !!
Zoom sur le Sommet de Prat-Pardin, avec au loin la Maladeta et l’Aneto.
Zoom sur un planeur, avec au loin la ville de Luchon.
Le Malh de Bessons ou Cap de Bédourat (1945m) et le Tuc des Trois Courets (1949m) méritent le détour à l’aller et peuvent être contournés par l’ouest au retour. Ici, la vue ENE depuis le sommet du deuxième sur le Cap des Agudes (1676m) et ses sublimes couleurs d’automne. Au loin, la crête frontalière Crabère-Maubermé.
Zoom en contre-plongée sur la crête est du Tuc des Trois Courets. L’automne est sans aucun doute la meilleure période pour profiter de cette randonnée.
Regard en arrière sur la crête parcourue, avec à gauche le Plan de Montmajou. Plein centre, le magnifique Pic de Bacanère.
Arrivée au Sommet de Prat-Pardin, sous une lumière aveuglante, et vue panoramique sur les massifs de la Maladeta et du Perdiguère.

Compte-rendu du 29 octobre 2019:

Une météo optimale, une visibilité extra (à part le soleil aveuglant), une vue panoramique dès l’arrivée au parking, à l’entrée du village d’Artigue, près de Luchon, qui devint vraiment sublime une fois tout en haut, s’étendant du Pic de Maubermé au Pic du Midi de Bigorre, avec surtout une vue imprenable sur l’Aneto et la Maladeta, ainsi que sur les +3000m du Luchonnais (massif du Perdiguère), le tout réhaussé par la présence de neige au-dessus d’environ 2500m et par les fabuleuses couleurs d’automne !!  Ajoutez à cela quelques vautours fauves et quelques chocards à bec jaune en vol, des planeurs qui passent à quelques dizaines de mètres au-dessus de ma tête (!!), des cerfs bramant encore dans les forêts côté espagnol, un petit groupe de cerfs aperçus pendant la descente, plus une sympathique rencontre en début de montée avec une dame qui habite dans le coin, et vous avez tous les ingrédients d’une journée parfaite en montagne !! Seul bémol, pas de joli coucher de soleil car trop nuageux en début de soirée.

Le soleil de fin d’après-midi inonde le flanc sud du Serrat de Créspés -la crête entre la Cabane de Saunères (qu’on peut apercevoir au centre de la photo) et le Plan de Montmajou, empruntée à l’aller et au retour.
Planeur et couleurs d’automne. En haut de la photo, la Cabane de Saunères.
Le ciel se couvre alors que je quitte le Sommet de Prat-Pardin, offrant de fantastiques jeux d’ombres et lumière !!
Au retour, je contourne le Tuc des Trois Courets et le Malh de Bessons.
Après avoir rejoint la base du Plan de Montmajou, je vais longer son flanc sud-ouest tout en m’élevant d’environ 50/60m afin d’arriver juste au-dessus de l’éperon rocheux qu’on aperçoit au centre.

Tracé GPX:

18,5km, D+1140m, 7h15.

Télécharger

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.